Bang ! Bang !

Le premier film qui m’a vraiment fait aimer le cinéma, c’est High Noon (Le train sifflera trois fois – 1952), visionné en classe de 3ème lors d’une journée atelier sur le thème du septième art. Je me vois encore, en salle d’SVT, sur ma paillasse en carrelage, le sac sur la table, et les bras croisés dessus, regarder en biais la toile tendue qui servait d’écran, et découvrir petit à petit, les plans en noir et blanc de l’oeuvre de Fred Zinneman.

« Gary qui ? »

A l’écran, deux stars d’Hollywood parait-il. Gary Cooper et Grace Kelly. Jamais entendu parler, mais ce sera une révélation. Tout en regardant les images, l’intervenant expliquait les différents plans, leur rapport à l’histoire. Pour beaucoup il coupait le film ce vieux machin, mais pour moi, il racontait l’histoire même du film; et il répondait à la question : Comment regarder au delà de ce que montre l’image ?

highnoon-clocks

Depuis, je ne fais plus que simplement « regarder un film ». Je le lis, je l’analyse, je cherche à tout prix à savoir ce que le réalisateur essaye de nous dire, de nous raconter. J’observe et j’admire les émotions et sentiments qui transparaissent à l’écran. Et je laisse l’image me transporter.

street-sequence-from-above.jpg

(source photos: JOURNAL OF SEEING BY JOHN DYESS)

Evidemment, l’image s’accompagne aussi du son, parfois indispensable dans la compréhension du film. Et les silences sont tout aussi ravageurs et importants qu’une belle bande originale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s